Radio nationale bulgare © 2020 Tous droits réservés

„Le chant du rossignol“célèbre la superbe polyphonie des musiques traditionnelles bulgares

Photo: svetoglas.com

„Svetoglas“, le quartette masculin qui chante a cappella célèbre son 10ème anniversaire avec un nouvel album. La maestria et la nouvelle lecture qui caractérisent les quatre passionnés des anciennes polyphonies traditionnelles sont à la base de l’esthétique emblématique de Svetoglas Bulgarian Polyphony. Les quatre chanteurs : Daniel Spassov, Stanimir Ivanov, Victor Tomanov et Milen Ivanov chantent a cappella - un autre atout témoignant de la classe et de la perfection de leur art. Fins connaisseurs des dialectes musicaux, grâce à leur voix au timbre chaud et caressant, ils font revivre des chansons de notre patrimoine et les rapprochent de nous en leur conférant une résonance contemporaine. Les quatre de Svetoglas sont également bien connus grâce à leurs tournées à l’internationale  – Norvège, Russie, Espagne, Royaume-Uni, Belgique, Colombie, Suède, France, etc. Le directeur artistique de Svetoglas Milen Ivanov et auteur de tous les arrangements du dernier album revient sur leurs précédentes créations et en particulier leur dernier-né „Le chant du rossignol“:

« La musique de chambre est un genre difficile qui demande une extrême précision, mais il est mon genre de prédilection, j’ai un faible pour lui. C’est sans doute pour nous couler dans cette passion et la vivre que nous avons créé Svetoglas avec Daniel, d’ailleurs cela fait des années que nous chantons en duo. Pour les besoins d’un précédent album nous avons superposé des voix pour obtenir un effet polyphonique et le résultat a été concluant. Quand nous avons offert l’album au producteur suisse Marcel Cellier il a fait une seule remarque : „C’est très bien, mais où sont les deux autres“? C’est de lui qu’est venue l’idée de trouver deux autres chanteurs et de récrire les pièces en version scénique. Je suis heureux que nous ayons pu trouver Victor et Stanimir qui sont sur la même longueur d’ondes et partagent nos idées. Je vais revenir un peu dans le temps ... Chaque fois que nous faisons un nouvel album nous misons toujours sur le concept, c’est lui notre fil conducteur. Notre premier projet – „La roue de la vie“ reprend des mélodies traditionnelles et des musiques sacrées qui accompagnaient les  moments charnières de l’existence – naissance, adolescence, mariage, mort, mais qui sont en phase avec le calendrier. Le deuxième album été consacré uniquement aux musiques sacrées et nous l’avons enregistré à l’église du monastère de Klissoura, dans un cadre naturel, sans aucun accompagnement technique. Le troisième CD „Le chant du rossignol“ еst une compilation des chansons que nous interprétons en concert. Presque toutes les pièces sont enregistrées en live, parce que nous recherchons la spontanéité, la sincérité avant tout. Nous avons même gardé les applaudissements. Et aussi nous avons introduit des genres à la mode, dans une mélodie ancienne nous avons introduit du beatbox et c’est moi qui me suis chargé de cette innovation dans notre style d’interprétation. Et une autre expérimentation - en musicien de formation classique, sorti du Conservatoire national de musique Pantcho-Vladiguerov, j’ai allié une ancienne mélodie folklorique au fugato de La flûte enchantée de Mozart. J’ai repris une citation, en l’occurrence la chanson bien connue de la plaine de Thrace „La ronde s’enroule et se déroule“, interprétée par la grande Valkana Stoyanova. J’espère avoir fait le bon choix et avoir opéré une jonction réussie des deux genres musicaux. Cela a été un énorme défi pour moi – Mozart est synonyme de perfection, il suffit d’enlever juste une note et toute la composition va s’effondrer comme un château de sable. L’enregistrement a été fait lors de notre premier spectacle en la cathédrale de Crest, en France et nous avons appelé la pièce  „Le jeu“. D’ailleurs le public lui a réservé un très bon accueil. »


« La chanson titre est en fait l’ancienne mélodie „Toute la nuit le rossignol a chanté pour moi“, que nous connaissons dans l’interprétation de Kostadin Gougov, une autre voix emblématique du folklore bulgare. Nous en avons fait une nouvelle lecture et nous la présentons sous l’accompagnement de la guitare acoustique de Nikolay Antov. Le CD contient 22 pièces et je tiens à souligner que la critique est élogieuse. Le 28 novembre est la date de sa présentation officielle à la Galerie d’art de la ville de Sofia. Grâce à la Mairie de Sofia et à la Galerie de la Ville nous avons le grand privilège de nous produire dans ce très bel espace consacré à l’art et dont l’acoustique est excellente! »

Tous les articles

Les gouttes de pluie à la Saint Spas valent cher, autant qu'une pièce en or. Selon la croyance populaire, plus il pleut à la Saint Spas, plus la récole sera abondante...

Le Jeudi de l’Ascension, les Bulgares rendent hommage à Saint Spas…

40 jours après Pâques, les chrétiens orthodoxes célèbrent le Jeudi de l’Ascension, qui marque l’élévation au ciel de Jésus Christ après sa résurrection et la fin de sa présence sur terre. L’Ascension du Seigneur désigne dans la mythologie..

Publié le 28/05/20 à 11:36

Ouvrons la „Grande encyclopédie des us et coutumes bulgares“…

C’est un ouvrage qu’on attendait depuis longtemps et qui est signé de deux expertes en ethnologie et folklore, Vihra Baéva et Vesselka Tonchéva de l’Académie bulgare des Sciences, connues pour leurs études sur les traditions et particularités du..

Modifié le 22/05/20 à 12:20

La Saint Lazare : l’espoir du renouveau par temps de confinement…

La couronne fleurie d’une lazarine, jetée dans la rivière – c’est par ces mots que nous pouvons décrire une des plus jolies coutumes du printemps, que les Bulgares affectionnent tout particulièrement et qui est célébrée la veille..

Publié le 11/04/20 à 06:35