Radio nationale bulgare © 2020 Tous droits réservés

"Saint Nicolas ferre son cheval" : contes et légendes...

Dans le calendrier populaire des Bulgares, le mois de décembre semble compter beaucoup plus de fêtes que de jours ordinaires. L’esprit de Noël est bien là, et c’est la Saint Nicolas, célébrée le 6 décembre, qui ouvre le bal des réjouissances festives…Le Saint des poissons, Saint Nicolas des Eaux… C’est en ces termes que nos anciens désignaient la fête votive de Saint Nicolas, une des plus belles du calendrier orthodoxe bulgare,  inspirée d'un personnage ayant réellement vécu, Nicolas de Myre. Né à Patara au Sud-ouest de l'actuelle Turquie (à l'époque Asie mineure) entre 250 et 270, il fut le successeur de son oncle, l'évêque de Myre. De son vivant, Nicolas de Myre fut le protecteur des enfants, des veuves et des personnes démunies. Il fut bienveillant et généreux, l’incarnation même de la foi et un exemple d’humilité et de sagesse. Le maître de l’abstinence, c’est en ces termes que Saint Nicolas est présenté dans les chants et messes qui lui sont réservés.



En pleine période du Grand carême de Noël, la saint Nicolas est une des fêtes chrétiennes les plus honorées dans les familles bulgares. En plus d’être le saint protecteur des marins, Saint Nicolas est aussi le patron des banquiers et de tous ceux qui travaillent dans la finance. 

Sur le plan purement symbolique, le poisson est associé à l’eau, aux profondeurs de la mer et des océans et au monde souterrain. D’après les visions cosmogoniques archaïques, la Terre reposerait sur deux ou trois poissons, sur des cachalots ou même sur les cornes d’un bœuf hissé sur le dos d’un gros poisson. Quant au lien avec le monde souterrain, il met en valeur la symbolique de la fertilité. Nos anciens disaient que si l’on mange du poisson, on ne risque pas la stérilité.

Et justement, les us et coutumes bulgares veulent que l’on mange de la carpe farcie aux noix, un poisson déjà connu et appréciée des anciens Slaves. D’après les légendes, si une carpe reste à l’abri des regards des humains pendant 40 ans, elle se transforme en un dragon, ce qui explique la présence de carpes sculptées et non pas de dragons au pied de certaines iconostases. La carpe, toujours elle, serait aussi la servante de Saint Nicolas, d’où sa présence symbolique sur la table du festin du 6 décembre, fête votive du saint. La carpe est sacrée, car on retrouverait sur sa tête une petite arrête en forme de croix qui est conservée telle une amulette, offerte aux nouveau-nés. Il ne faut pas non plus jeter les écailles de la carpe qui sont porteuses de richesse et de prospérité. 


Dans la mythologie des Bulgares, Saint Nicolas se présente sous différents visages - tantôt jeune homme particulièrement séduisant, doté d’une force redoutable, tantôt vieil homme à la longue barbe blanche.

Le mythe de Saint Nicolas a donné lieu à de nombreuses légendes, chants et dictons qui louent sa bravoureet ses pouvoirs miraculeux qui lui permettent de sauver des bateaux en naufrage. Ainsi au cours d’une sortie en mer, prise par une violente tempête et ballottée par les vagues, la barque de Saint Nicolas et ses amis se fendit et commença à prendre l’eau. Face au danger le saint se mit à prier avec ferveur et, plongeant la main dans l’eau il en sortit une carpe. C’est la légende qui l’affirme, bien que la carpe soit un poisson d’eau douce. Avec la carpe Saint Nicolas boucha le trou au fond de la barque et les amis réussirent à revenir sur la terre ferme. C’est ainsi qu’on explique pourquoi il faut manger du poisson le jour de la Saint-Nicolas.

L’illustre ethnographe bulgare Dimitar Marinov transcrit un grand nombre de légendes populaires sur le personnage de Saint Nicolas, considéré dans certaines régions comme un Mi-homme-Mi dragon. Et il cite un chant interprété le 6 décembre qui évoque Saint Nicolas qui ferre son cheval pour aller à une fête en compagnie de tous les autres saints. Et lorsque Saint Basile lui tendit un verre en or, plein de vin, il faillit s’assoupir, mais se ressaisit de justesse et évita au vin de couler. Et plusieurs bateaux furent ainsi sauvés du naufrage en plein mer…


Saint Nicolas est considéré comme le saint protecteur de la famille, les foyers, les biens et le bétail.

Photos : BTA et BGNES


Tous les articles

La danse sur la braise, il faut la vivre pour y croire…

C’est une coutume païenne qui vient de la nuit des temps, mais qui est ressuscitée tous les 3 juin dans la région de la montagne Strandja /Sud-Est de la Bulgarie/. Et chaque année, des centaines de visiteurs se précipitent pour assister à la danse sur la..

Publié le 03/06/20 à 10:19
Les gouttes de pluie à la Saint Spas valent cher, autant qu'une pièce en or. Selon la croyance populaire, plus il pleut à la Saint Spas, plus la récole sera abondante...

Le Jeudi de l’Ascension, les Bulgares rendent hommage à Saint Spas…

40 jours après Pâques, les chrétiens orthodoxes célèbrent le Jeudi de l’Ascension, qui marque l’élévation au ciel de Jésus Christ après sa résurrection et la fin de sa présence sur terre. L’Ascension du Seigneur désigne dans la mythologie..

Publié le 28/05/20 à 11:36

Ouvrons la „Grande encyclopédie des us et coutumes bulgares“…

C’est un ouvrage qu’on attendait depuis longtemps et qui est signé de deux expertes en ethnologie et folklore, Vihra Baéva et Vesselka Tonchéva de l’Académie bulgare des Sciences, connues pour leurs études sur les traditions et particularités du..

Modifié le 22/05/20 à 12:20