Radio nationale bulgare © 2020 Tous droits réservés

Costadin Guénchev : „Le folklore est une source intarissable“

Photo: БНР-архив


La musique traditionnelle est la grande vocation du flûtiste Costadin Guénchev qui vient de fêter ses 50 ans.
Des années riches de jeu et interprétation au kaval, d’arrangements de chansons, mélodies et danses traditionnelles. l'artiste est aussi auteur de musique de films, spectacles de théâtre et participe à de nombreux projets musicaux bulgares et internationaux. Costadin Guénchev est le co-fondateur des formations « Bulgara » et « Rivière sauvage », que le jeune public connaît et apprécie tout particulièrement.


Il doit ses succès à son dévouement, mais aussi à la solidité de ses connaissances acquises à l’Ecole de musique traditionnelle « Philippe Koutev » à Kotel et au Conservatoire national « Pancho Vladiguérov » à Sofia. Son expérience continue à l’ensemble folklorique « Sliven », à l’ensemble « Philippe Koutev » et à l’orchestre de musique traditionnelle de la Radio nationale bulgare.


A la veille du concert de la formation « Bulgara », Costadin Guénchev nous donne quelques détails sur son dernier projet :

« Chaque période de la vie est importante et moi personnellement, j’ai toujours cherché à proposer quelque chose de nouveau et de différent, sans pour autant faillir à l’esthétique qui m’a été inculquée dès mon plus jeune âge…Bien sûr, le folklore et la musique traditionnelle sont à la base de chacun de mes projets. Avec le temps, j’ai commencé à revisiter les grands classiques. J’ai fait des études de composition, et je me suis inspiré des rythmes du jazz, de la musique ethno.


Le folklore, c’est à chaque fois du sang neuf apporté à la musique. Les grands chefs d’œuvres de la musique symphonique bulgare ont été nourris par le folklore bulgare. La Bulgarie est un petit pays qui a la chance de se trouver à la croisée des chemins de plusieurs civilisations. D’où la richesse de notre folklore et le brassage des courants et traditions qui le rendent unique. Moi, personnellement, j’ai toujours été très attaché à l’éthno-jazz et c’est ce que vous pouvez retrouver dans le répertoire des formations « Bulgara » et « Rivière sauvage ».



Nous avons un concept intéressant, surtout depuis que nous avons engagé une chanteuse, Eva Pértchemliéva, qui revisite les grands standards. Car la belle musique est éternelle et peut avoir plusieurs vies. Ainsi, nous dépoussiérons des chansons oubliées pour les remettre au gout du jour. J’ai aussi composé la musique sur le Parc historique près de Varna. Un projet très intéressant, qui met en musique les différentes époques de notre histoire, depuis l’Age de Pierre jusqu’au Deuxième royaume bulgare et l’invasion des Turcs.” 


Tous les articles

Ouvrons la „Grande encyclopédie des us et coutumes bulgares“…

C’est un ouvrage qu’on attendait depuis longtemps et qui est signé de deux expertes en ethnologie et folklore, Vihra Baéva et Vesselka Tonchéva de l’Académie bulgare des Sciences, connues pour leurs études sur les traditions et particularités du..

Modifié le 22/05/20 à 12:20

La Saint Lazare : l’espoir du renouveau par temps de confinement…

La couronne fleurie d’une lazarine, jetée dans la rivière – c’est par ces mots que nous pouvons décrire une des plus jolies coutumes du printemps, que les Bulgares affectionnent tout particulièrement et qui est célébrée la veille..

Publié le 11/04/20 à 06:35

A la Saint Théodore, le cheval est à l’honneur au village de Batchévo

La croyance populaire veut qu’à partir de la Saint Théodore /Todor en bulgare/ le jour rallonge et le temps s’adoucit. En ce jour de fête tous ceux qui ont un cheval l’emmènent prendre part aux courses organisées en l’honneur de Saint Todor,..

Publié le 07/03/20 à 09:05