Radio nationale bulgare © 2020 Tous droits réservés

Une fédération encourage les enfants malvoyants à faire du sport…

Photo: Diana Tsankova

Aucun enfant malvoyant ne doit être privé de la possibilité de faire du sport. Il suffit d’adapter les activités à son handicap…Telle est la cause que défend la Fédération « Sport pour personnes malvoyantes » devant le ministère de la Jeunesse et des Sports…

La réalité est bien triste, les enfants qui vont à l’école publique ne font pas de sport ou très peu. Généralement, ils sont dispensés des cours de gymnastique. « Celui qui ne fait pas de sport a du mal à s’approprier la canne blanche et préfère être assisté ». Tel est l’avis du président de la fédération, Ivan Yanev qui donne l’exemple de nombreux étudiants qui vivent avec leurs parents et comptent pour tout sur eux, pour aller à l’université comme pour se rendre à l’épicerie du coin…

“Une classe compte 30 élèves et elle peut avoir un enfant malvoyant ou aveugle. Mais le professeur de gymnastique n’a pas la possibilité de s’occuper individuellement de cet enfant, qui malheureusement est condamné à rester sur un banc au gymnase, s’il ne reste pas en classe tout seul, en attendant le retour de ses camarades de classe. D’où l’idée de proposer aux deux ministères de mettre en place une politique ciblée sur les élèves malvoyants qui ne doivent pas être privés de sport. Mais nous devons faire encore plus, sensibiliser les familles, les professeurs et les académies. Et pourquoi pas, former une équipe mobile de psychologues, pédagogues sportifs et entraîneurs qui aillent à la rencontre des parents. Notre troisième proposition consiste à réaménager des locaux déjà existants sur le territoire des stades et autres salles de sport.

“Inutile d’évoquer les conditions de pratique d’un sport pour les élèves malvoyants”, poursuit son récit Ivan Yanev qui reconnaît toutefois l’existence de petites « oasis » où les personnes qui ont un handicap ont la possibilité de faire des exercices. Il s’agit notamment du showdown /un sport à destination des personnes aveugles et malvoyantes alliant le air hockey et le tennis de table/ ou encore du goalball, un sport de ballon pratiqué par des sportifs déficients visuels (malvoyants ou non-voyants), et fait partie des sports paralympiques.

Zornitsa Stanéva de l’Association des parents à enfants déficients visuels nous en dit plus :

“Pleinement conscients de la nécessité de garantir la sécurité des enfants malvoyants, nous nous sommes mobilisés avec des collègues de l’Europe pour inventer un nouveau sport, le « visible », à la base du football, avec une équipe constituée de 5 joueurs voyants et de 5 autres malvoyants. Un jeu mixte qui est bien plus dynamique que le football pour aveugles, à cause des joueurs voyants qui veillent au respect des règles de sécurité pendant la rencontre. Ce sport est déjà testé en Italie avec succès.”

Lors des tests en Bulgarie, aux joueurs malvoyants se joindront des sportifs de l’équipe de l’Espoir, constituée de jeunes SDF.