Radio nationale bulgare © 2020 Tous droits réservés

Zvinitsa, le village des cigognes !

Photo: Bojidar Tcholakov

Il existe un village dans le Rhodope du sud (en Bulgarie du sud) où se donnent rendez-vous le plus grand nombre de cigognes en Bulgarie. Il n’est pas encore prouvé que c’est bien le cas mais on peut dire que s’y trouvent déjà les premiers représentants du type de la « Cigogne blanche » (Ciconia ciconia). Et elles sont en train de préparer leurs nids pour les futures générations.

Le village Zvinitsa qui porte le nom du deuxième fils du souverain bulgare Khan Omourtag (814-831) se situe dans une région montagneuse et depuis toujours est célèbre par sa nombreuse population de cigognes. Leur nombre maximal enregistré à ce jour par les ornithologues est de 280 oiseaux. Il y a dans ce village 68 nids de cigognes dont s’occupent aussi bien ses habitants que les autorités locales. Le reporter Bojidar Tcholakov de la RNB-Kardjali s’est entretenu sur place avec le maire Niyazi Veli, ainsi qu’avec des habitants de Zvinitsa. 


Ce sont les premières cigognes – raconte Nyiazi Veli. – Elles nous rappellent que le printemps approche. Les mâles viennent les premiers pour préparer le nid. Elles le réparent si besoin est, après quoi arrivent les femelles. Les cigognes écloses dans le courant de l’année dernière se rendent dans le nid dans lequel elles ont grandi. Mais au cas où il serait occupé, elles trouvent d’autres endroits pour construire leurs nouveaux gîtes. Vous voyez bien le nombre de nids que nous avons ici. Je me rappelle que quand j’étais élève, il y a une cinquantaine d’années, il y avait un seul orme au village avec dessus un seul nid de cigogne. Au fil du temps la population des cigognes a beaucoup augmenté. Les cigognes préfèrent visiblement des localités comme la nôtre – avec un sol fertile en terre noire, avec des bassins d’eau, et nous en avons plein. Dans de pareilles régions les cigognes trouvent facilement de la nourriture. C’est bizarre mais dans les villages à proximité il y en a beaucoup moins. 


Les habitants de Zvinitsa qualifient les cigognes de symbole de la chance, de la fertilité. Ils prétendent même que les cigognes protègent le village des catastrophes et des calamités naturelles. Ces oiseaux aiment beaucoup qu’on les apprécie et que les gens se réjouissent en les regardant. Chaque habitant de notre village attend impatiemment « sa » cigogne – celle dont le nid se trouve à proximité de sa maison. Les oiseaux sont conscients de cet amour auquel elles répondent de la même manière – explique le maire Niyazi Veli.

Comme vous voyez bien, les cigognes vivent tout près des gens. Elles sentent que notre comportement envers elles est positif et ont confiance en nous. Presque chaque année il nous arrive de trouver de petites cigognes tombées du nid. Nous en alertons immédiatement la fédération écologique « Balkans verts » et par le biais de l’Inspection régionale de santé de la ville de Haskovo la cigogne blessée est transportée au Centre vétérinaire de Stara Zagora pour y être soignée. Il y avait l’année dernière une cigogne qui tout l’été est restée dans notre jardin car elle avait une aile cassée. Quand les autres cigognes sont reparties du village, elle a commencé à s’en inquiéter. Un jour la porte du jardin est probablement restée ouverte et la cigogne blessée s’était sauvée mais avait été retrouvée peu après près du village et transportée au Centre vétérinaire.


Chaque année nous nous réjouissons beaucoup de les voir arriver. – déclare Hatidje de Zvinitsa. – Elles nous apportent de la chance. De la grêle n’est jamais tombée sur notre village. Elles nous protègent des cataclysmes et des catastrophes naturelles.

C’est ainsi que cohabitent chaque année les gens du village et les cigognes jusqu’à la mi-août quand les beaux oiseaux se réunissent sur un champ au bout du village et s’envolent vers les pays chauds, les habitants de Zvinitsa les attendant cependant impatiemment pour le prochain printemps.


Photos : Bojidar Tcholakov


Tous les articles

Quelle Europe après la crise…

Point de vue de Maria Dimitrova – Pichot, présidente de l’Union de la presse francophone (UPF) en Bulgarie qui a accordé un entretien à Radio Bulgarie depuis l’épicentre de l’épidémie à Paris Au début de 2020 pas un seul habitant..

Publié le 02/04/20 à 13:54
Foto: AP/BTA

Kaléidoscope des Balkans

L’église grecque fêtera Pâques à huis clos Le Saint Synode de l’Eglise orthodoxe grecque a annoncé que ses églises resteront fermées pour les fêtes de Pâques en raison de l’épidémie du coronavirus. Le Synode a invité les fidèles à..

Publié le 02/04/20 à 12:38
Village Pripek

La migration de la ville à la campagne comme mode de survie !

Au début du nouveau millénaire, l’exode rural inversé, qui consiste à quitter la ville pour s’installer à la campagne, commence à devenir une tendance stable en Bulgarie. Les raisons sont purement économiques – environ 20% des entreprises dans le..

Publié le 01/04/20 à 14:01