Radio nationale bulgare © 2020 Tous droits réservés

L’Eglise „Saint Georges“ d’Oréchets, excellente destination pour les pèlerins !

10
Photo: nomadstime.com

Bien qu’assez modeste de l’extérieur, l’église « Saint Georges » qui se situe au village Oréchets de la municipalité de Bélogradtchik (Bulgarie du nord-ouest) illumine depuis déjà siècles le regard de chaque personne ayant franchi son seuil.

Les visages des saints brillent des murs et de la coupole aux couleurs très claires comme si le peintre y avait transféré les couleurs des marguerites, du muguet et du bleuet telles qu’elles sont lors d’une journée ensoleillée sous un ciel clair. En jaune très clair sont aussi présentés, des deux côtés de l’église, le Soleil et la Lune – un écho lointain de la foi prêchée sur les terres bulgares à l’époque d’avant Jésus Christ.

Toutes les peintures murales sont, elles aussi, en jaune clair, orange, rouge, bleu foncé – raconte la professeure Raya Zaïmova de l’Institut d’études balkaniques auprès de l’ABS. – La plupart des icônes sont peintes de professionnels, ce qui explique l’absence de respect des canons de l’époque. Ainsi, à la place de la Sainte Vierge Marie, nous voyons sur l’autel la Dernière Cène de Jésus avec les Apôtres présentée comme un dessin d’enfant. En premier plan est donc présenté l’individu, le créateur qui peint en fonction de ses propres visions – la Sainte Marina est présentée un marteau à la main, prête à abattre le Diable, Saint Haralampi lui, tient un panier avec des instruments qui l’aident à chasser les mauvais esprits et les maladies. Le peintre respecte l’honneur à l’égard des saints mais dans le même temps y rajoute quelque chose de la réalité…


Avec une certaine naïveté et des proportions insolites sont aussi présentées les peintures sur l’iconostase. On y voit non seulement des icônes mais aussi des scènes de la Création – Dieu est présenté comme un vieillard, Adam et Eve sont peints en couleurs sombres car Dieu a créé l’homme de la boue.

Outre les peintres inconnus qui y avaient travaillé, y ont également pris part des disciples de la célèbre Ecole de Triavna. En témoignent les inscriptions faites à la main de leurs noms, situées au-dessous d’une des portes d’entrée du Temple. En 1866 sa signature y avait apposée aussi Vitan Nikolov – petit-fils du fondateur de l’Ecole, le père Vitan. Le travail sur bois est également effectué par ces talentueux maîtres, ainsi que le plancher en bois et le clocher.


La Tour dont le clocher est extrêmement bien travaillé, aux dires de la professeure Raya Zaïmova, est séparée du temple. Dans la cour de l’église il y a aussi une fontaine avec de l’eau curative qui surgit de la montagne et qui longtemps avait réuni autour d’elle ceux qui croyaient dans ces capacités miraculeuses.

S’y trouvent aussi les croix, ainsi que les vestiges d’un vieux cimetière et les ruines d’une école clôturées par des pierres calcaires. Bien qu’ayant survécu deux siècles, l’église d’Oréchets porte les traces d’une période obscure. Pareillement à tous les temples de la région, celui de Saint Georges a été transformé en étable à l’époque communiste.

Les précieuses fresques ont été conservées par miracle mais il y a beaucoup de fissures dans les murs qui devraient être restaurés. 

Situé non loin des célèbres rochers de Bélogradtchik et de la grotte Vénétsa (la couronne) et entouré d’endroits pittoresques, le temple « Saint Georges » à Oréchets peut en effet représenter une destination touristique très agréable pour les pèlerins qui pourraient se recueillir devant cette créature divine.


Photos: nomadstime.com et Raya Zaïmova


Tous les articles

La fête de l’Annonciation est celle de la basilique "Sainte Sophie" de Sofia…

La basilique « Sainte Sophie » est l’un des symboles de la capitale puisque l’on retrouve sa silhouette jusque dans les armoiries de la ville. Son nom, qui signifie « Sainte sagesse divine » a en effet donné son nom à la capitale. Aux dires..

Publié le 25/03/20 à 12:35

3 joyaux de l’architecture méritent le détour à Véliko Tirnovo…

La ville de Véliko Tirnovo a une place spéciale dans le cœur de chaque bulgare. De nos jours encore, elle réussit à sauvegarder et à préserver vivante la mémoire historique de la grandeur de cette capitale du Royaume royaume bulgare. Même..

Publié le 18/03/20 à 11:14

Le Musée d’histoire de la médecine de Varna fait la part belle à la paléontologie…

En 1958, la bienfaitrice bulgare Paraskéva Nikolau fait don à la ville de Varna de 25 mille roubles en argent pour la construction d’une « maison de traitement de malades, d’orphelins et de personnes âgées ». Grâce à son œuvre fortement..

Publié le 17/03/20 à 10:54