Radio nationale bulgare © 2020 Tous droits réservés

Qui a volé l’eau de Pernik ? Un spéléologue a trouvé la réponse…

La ville de Pernik est en état de rationnement de l’eau depuis le 18 novembre dernier, ses habitants ne disposant de cette richesse naturelle que 10 heures par jour, conformément aux dernières consignes de la municipalité.

Le niveau du barrage « Studéna » qui approvisionne toute la ville et les villages annexes est redescendu jusqu'à son minimum critique en novembre de l’année dernière. C’est ce qui a condamné à une forte crise d’eau environ 100 mille habitants de Pernik en hiver, quand les précipitations sont rares, alors que la neige se trouvant sur les sommets des montagnes ne promet d’alimenter les barrages qu’après l’arrivée du printemps. C’est ainsi qu’on est arrivé au rationnement de la distribution d’eau. Dans le même temps le gouvernement a décidé de la construction d’un réseau alternatif devant alimenter la ville. L’équipement d’une longueur de 13,5 km et d’une valeur de 10 millions d’euros et est opérationnel depuis hier.


La crise de l’eau à Pernik peut être résolue ! a déclaré le spéléologue de Sofia, Athanas Roussev. Depuis des décennies, il étudie la région karstique à proximité du village Bosnek, au-dessus de Pernik et depuis longtemps déjà propose d’optimiser l’actuelle source d’approvisionnant, à savoir le barrage « Studéna ». Après avoir reçu l’autorisation de prospecter par le ministère du Développement régional, Athanas Roussev, accompagné de son équipe, monte sur le Vitocha où il découvre un système parallèle de conduites illégales par lesquelles transitent d’énormes quantités d’eau destinée à la ville de Pernik, qui n'en a jamais bénéficié. Ainsi, à l’aide de spéléologues bénévoles, ces tuyaux sont bouchés et l’eau reprend son cours vers le barrage « Studéna ».


Les actes criminels de gens peu scrupuleux qui « volent » l’eau du barrage en temps de crise indigne fortement Athanas Roussev. Il insiste pour que des sanctions sévères soient imposées et que soit resserré le contrôle dans cette direction. 

Nous travaillons depuis plus de trois mois et disposons déjà de données toutes différentes concernant la quantité d’eau qui afflue vers le barrage « Studéna ». Le niveau du barrage est actuellement encourageant. Nous suivons de près l’évolution de la situation qui a déjà un impact sur les horaires du rationnement car les habitants de Pernik disposent depuis le 17 mars d’eau de midi à 22h00, cette durée devant très prochainement être prolongée. 

Athanas Roussev donne encore un exemple concernant l’entretien adéquat du réseau de distribution d’eau.

La rivière Strouma a creusé le chemin près des villages Bosnek et Tchouipetlyovo et si des mesures ne sont pas prises dans l’immédiat, toute la route sera emportée et les dommages seront énormes. Je suis choqué de constater que même en état d’urgence, quand nous tous nous luttons contre le coronavirus, il y en a qui ne pensent qu’à leurs affaires et comment réaliser plus de bénéfices au lieu de rester chez eux pour favoriser la prévention.

Tant que nous ne réussirons pas à changer notre manière de penser, nous ne serons pas en mesure de surmonter les crises. Nous devons être unis, solidaires et ne plus penser qu’à nos profits et bénéfices égoïstes, mais nous préoccuper du bien de tous pour rester en bonne santé et vivre une vie décente. 

Photos: mrrb.bg et archives personnelles


Tous les articles

Quelle Europe après la crise…

Point de vue de Maria Dimitrova – Pichot, présidente de l’Union de la presse francophone (UPF) en Bulgarie qui a accordé un entretien à Radio Bulgarie depuis l’épicentre de l’épidémie à Paris Au début de 2020 pas un seul habitant..

Publié le 02/04/20 à 13:54
Foto: AP/BTA

Kaléidoscope des Balkans

L’église grecque fêtera Pâques à huis clos Le Saint Synode de l’Eglise orthodoxe grecque a annoncé que ses églises resteront fermées pour les fêtes de Pâques en raison de l’épidémie du coronavirus. Le Synode a invité les fidèles à..

Publié le 02/04/20 à 12:38
Village Pripek

La migration de la ville à la campagne comme mode de survie !

Au début du nouveau millénaire, l’exode rural inversé, qui consiste à quitter la ville pour s’installer à la campagne, commence à devenir une tendance stable en Bulgarie. Les raisons sont purement économiques – environ 20% des entreprises dans le..

Publié le 01/04/20 à 14:01