Radio nationale bulgare © 2020 Tous droits réservés

La migration de la ville à la campagne comme mode de survie !

Village Pripek
Photo: Bojidar Tcholakov

Au début du nouveau millénaire, l’exode rural inversé, qui consiste à quitter la ville pour s’installer à la campagne, commence à devenir une tendance stable en Bulgarie. Les raisons sont purement économiques – environ 20% des entreprises dans le pays ont notamment préféré développer leur activité en province à cause des dépenses moins importantes.

Au cours des quelques dernières années, selon des données de l’Institut national de la Statistique, la migration de la ville vers les villages enregistre une part plus importante que celle dans la direction opposée – du village vers la ville : 26,3 contre 21%. Cette tendance s’est également affirmée grâce au souhait de nombreux jeunes ménages de chercher un mode de vie plus sain et respectueux de la nature. D’autre part, beaucoup de gens qui exercent des professions libérales ont aussi préféré la vie plus calme et détendue et l’air pur du village. Les villages situés aux environs de la capitale sont également pleins de Sofiotes qui ont voulu se sauver du bruit et de la pollution de la grande ville

Suite à la propagation de la pandémie du coronavirus, beaucoup d’habitants de villes qui disposent de biens immobiliers genre résidence secondaire dans des régions rurales sont aussi partis à la campagne avant que l’interdiction de déplacement ne soit entrée en vigueur. La principale raison pour la migration vers les régions rurales cette fois-ci réside dans la possibilité des gens d’éviter la quarantaine tout en étant en dehors du milieu urbain qui en est surtout concerné.

Tel est l’exemple de la municipalité Toundja, à proximité de la ville départementale Yambol, dans laquelle, après l’instauration du confinement dans la ville, 900 demandes de changements d’adresses ont été déposées.

Aux dires du secrétaire de la municipalité Andon Krastev, ce chiffre doublera dans les prochaines semaines. Selon une information dont il disposerait, les plus demandés sont les villages dans un rayon de 15 km autour de la ville de Yambol. Toujours d’après Krastev, ceux qui changent de domiciliation sont plutôt des gens qui vivent depuis longtemps dans les villages mais qui, pour une raison ou pour une autre, ne s’étaient pas décidés à ce jour à s’y installer définitivement. 

De l’animation est également constatée dans les régions rurales autour de la ville de Kustendil, annonce le correspondant de la RNB Kiril Falin. C’est ainsi par exemple que le village natal du grand peintre bulgare Vladimir Dimitrov – le Maître, Chichkovtsi, s’est transformé en refuge pour les Sofiotes qui y ont des maisons. Dès le mois de février, le nombre des gens qui y habitent a sensiblement augmenté. Aux dires de la maire Iliana Petrova la raison résiderait dans le fait que beaucoup de gens ne travaillent pas à la suite des mesures restrictives prises par le gouvernement et sont de ce fait libres de retourner vivre dans leurs villages natals.

Village Chichkovtsi  /  Photo : Kilil Falyn

Près de Kustendil, au Village Treklyano sont également revenus beaucoup de gens des villes, annonce Vassilka Kirilova de la mairie : Ils ne sortent pas beaucoup dehors. Ils savent qu’ils doivent réduire sensiblement les contacts sociaux et se sont de ce fait approvisionnés avec des produits alimentaires de la ville, indique-t-elle.

La campagne semble en ce moment l’endroit le plus sûr et le plus attrayant pour vivre car offrant de l’air pur, du calme et de meilleures conditions de vie en temps de confinement.


Tous les articles

Protocole sanitaire à l’aéroport de Sofia

La pandémie du Covid-19 continue d’avoir des effets sur les voyages aussi bien vers la Bulgarie que depuis notre pays vers d’autres destinations européennes et mondiales. Malgré les recommandations du ministère des Affaires étrangères..

Publié le 02/07/20 à 13:36

La fête du 1er matin de juillet rassemble les gens à l’esprit libre

Il y a dans le calendrier de nombreuses fêtes et rituels non-officiels qui possèdent leur propre sens et leurs propres symboles. A l’approche du 1 juillet dans l’esprit de nombreux de Bulgares ressuscite le tube musical mondial July Morning...

Publié le 01/07/20 à 09:45

Svetlozar Jelev : La vie au ralenti c’est savourer l’instant présent…

Après un marathon littéraire le week-end au cours duquel il a eu à lire 6 livres, Svetlozar Jelev se défoule sur Facebook. « Je suis en train de mettre en place un mouvement pour la lenteur – la lecture lente, l’alimentation lente, les boissons..

Publié le 28/06/20 à 08:00