Radio nationale bulgare © 2020 Tous droits réservés

La Saint Lazare : l’espoir du renouveau par temps de confinement…

Photo: vratza.bg

La couronne fleurie d’une lazarine, jetée dans la rivière – c’est par ces mots que nous pouvons décrire une des plus jolies coutumes du printemps, que les Bulgares affectionnent tout particulièrement et qui est célébrée la veille du Dimanche des Rameaux. C’est la première des trois grandes fêtes chrétiennes liées au miracle de la résurrection de Jésus-Christ. Célébrée le samedi précédant le Dimanche des Rameaux, la fête de Saint Lazare, marque un tournant dans la vie des jeunes filles - de petites filles candides et douces elles se transforment en jeunes femmes attirantes et bonnes à marier. Sinon, les coutumes de la Saint Lazare donnent l’occasion de former des vœux de bien-être et de prospérité.


Lève-toi et marche, Lazare!,  c’est par ces mots que le Christ s’adresse à Saint Lazare avant de le ressusciter.

Selon la Bible, c‘est ce jour où le Christ ressuscite Lazare le faisant sortir de son tombeau. Toutefois l’interprétation folklorique et le sens du rite sont tout à fait différents même si la fête porte le même nom. Dans la mythologie nationale, Lazare est considéré comme « le maître des forêts ». Il abat les arbres avec sa hache pour faire place aux champs. La personnalité de Lazare, symbole de la limite entre le monde des vivants et l’au-delà, est également au cœur des chants des lazarines, ces jeunes filles qui visitent chaque maison du village et leur passage présage une année fertile et pleine de santé. En signe de remerciement, elles reçoivent des œufs blancs et parfois des pièces de monnaie. Par ailleurs et toujours selon nos traditions ancestrales,  le Samedi de Lazare est le jour où les jeunes filles font leurs adieux à l’enfance et deviennent des jeunes femmes et futures épouses.


Bien entendu, les us et coutumes de nos anciens ont du mal à résister au rythme de la vie effrénée que nous menons au XXIe siècle, si bien que la coutume n’est plus pratiquée dans certaines régions. Heureusement qu’il y a aussi des villes comme Vratsa, où la tradition des lazarines est toujours vivante, voire même revisitée.

Et pourtant, l’état d’urgence et le confinement instauré à cause du Covid-19 empêcheront  ce samedi les lazarines de pratiquer leur jolie coutume…Si elles font le tour des maisons, elles le feront virtuellement en 2020. Et l’on voit sur les réseaux sociaux des tonnes d’images et vidéos des années précédentes, avec une reconstitution fidèle de la coutume ancestrale. Vratsa ouvre ses albums de 2019 et lance un appel « Restez chez vous ! »


Nous avons réussi à contacter Stella Dimitrova, de la mairie de la ville qui nous en dit plus :

« Je me souviens l’année dernière, la Saint Lazare faisait partie d’un programme très riche et varié et la coutume des lazarines a été très suivie avec tous ses rituels reconstitués à l’identique…Nous avions invité des enfants, des chorégraphes, des danseurs, des musiciens. Et comme il faisait beau, nous avons passé une journée formidable…


Mais les choses ont changé en 2020 et nous allons respecter les consignes du confinement. La fête sera sur Internet grâce aux photos du printemps dernier. Nous de donnerons pas libre cours à nos émotions et envies. Même la ville est très sobrement décorée. Nous ne voulons pas pousser les riverains à sortir. La fête, cette année, se passera à la maison, en famille... 

Photos: vratza.bg et BGNES

Tous les articles

Les gouttes de pluie à la Saint Spas valent cher, autant qu'une pièce en or. Selon la croyance populaire, plus il pleut à la Saint Spas, plus la récole sera abondante...

Le Jeudi de l’Ascension, les Bulgares rendent hommage à Saint Spas…

40 jours après Pâques, les chrétiens orthodoxes célèbrent le Jeudi de l’Ascension, qui marque l’élévation au ciel de Jésus Christ après sa résurrection et la fin de sa présence sur terre. L’Ascension du Seigneur désigne dans la mythologie..

Publié le 28/05/20 à 11:36

Ouvrons la „Grande encyclopédie des us et coutumes bulgares“…

C’est un ouvrage qu’on attendait depuis longtemps et qui est signé de deux expertes en ethnologie et folklore, Vihra Baéva et Vesselka Tonchéva de l’Académie bulgare des Sciences, connues pour leurs études sur les traditions et particularités du..

Modifié le 22/05/20 à 12:20

A la Saint Théodore, le cheval est à l’honneur au village de Batchévo

La croyance populaire veut qu’à partir de la Saint Théodore /Todor en bulgare/ le jour rallonge et le temps s’adoucit. En ce jour de fête tous ceux qui ont un cheval l’emmènent prendre part aux courses organisées en l’honneur de Saint Todor,..

Publié le 07/03/20 à 09:05