Radio nationale bulgare © 2020 Tous droits réservés

Formule "Tout compris", oui, mais derrière la paroi en plexiglas...

Photo: Darina Grigorova

Les adeptes du forfait « All inclusive » peuvent être contents car en dépit des mesures sanitaires ils pourront profiter de tous les extras dans les hôtels qui proposent cette formule. La sécurité est garantie et les clients sont satisfaits là où les gens sont plus importants que les bénéfices. Il y a des plages et des hôtels où il n’y a personne mais cela ne concerne pas Primorsko, un lieu de vacances privilégié pour de nombreux Bulgares. Il y a, naturellement, des nouveautés au niveau de l’accueil – on vous mesure la température, on doit remplir des déclarations sur l’état de santé, mais après avoir été accueilli tout revient à sa place.

"Notre plus grand objectif pour cette saison c’est de garantir la sécurité de nos employés, nous assure Tsvétélina Zlatkova, directeur général d’une des grandes chaînes d’hôtels sur la côte bulgare de la mer Noire. – On les a équipés de masques, de gants, de lunettes. Nous avons installé partout des écrans de protection en plexiglas, tout comme des instructions pour la prévention. Il en va de même pour les restaurants. Nous appliquons le système « Tout compris ». Tous nos clients sont séparés du personnel par des écrans en plexiglas. Nous faisons des efforts pour conserver la qualité de nos services tels qu’ils l’ont été jusqu’à présent. C’est très difficile car aux côtés de chaque client il doit y avoir quelqu’un du personnel pour le servir. Pour l’instant nous arrivons à le faire et je crois que les résultats sont satisfaisants. En plus de cela nous avons désinfecté toutes les chambres avec une machine spéciale après chaque client. Toutes les surfaces sont traitées a l’aide de nanotechnologies pour qu’il ne reste pas sur elles des pathogènes et pour que nos clients se sentent en sécurité."


Le taux d’occupation des hôtels de la chaîne est de 70% conformément aux instructions du ministère du tourisme. En plus de la sécurité, l’accueil chaleureux et cordial et la nourriture de qualité sont les choses qui attirent les touristes. « Notre restaurant a été rangé pour la 3e année consécutive à la première place pour la qualité de la nourriture et du service dans toute la chaîne de TUI France, à l’échelle mondiale ", révèle Tsvétélina Zlatkova qu’on peut voir servir personnellement les clients du restaurant aux côtés des autres serveurs.


"Nous nous efforçons de n’utiliser dans nos cuisines que des produits écologiquement propres – souligne-t-elle – Nous avons été obligés d’ouvrir notre propre forme d’escargots dans le jardin de l’hôtel car il s’est avéré qu’on ne peut pas s’approvisionner en Bulgarie. D’autre part nous faisons des efforts pour soutenir les fermiers locaux. Ainsi par exemple, la femme auprès de laquelle nous nous approvisionnons en légumes possède un grand jardin situé à 10 km de l’hôtel. Pendant la saison nous organisons souvent pour nos clients des visites guidées de cette ferme pour leur montrer d’où vient ce qu’ils mangent, D’un autre côté, nous soutenons l’équipe qui travaille dans l’hôtel. Nous les embauchons parfois directement des lycées professionnels de tourisme, nous les formons et plusieurs font ensuite des études supérieures. Nous avons même deux personnes qui après s’être diplômées sont revenues aux postes de managers chez nous."


A l’arrivée de l’épidémie et le confinement, le nombre de nos traditionnels clients étrangers a diminué :

"Au début de la crise, comme tous les hôteliers, nous avons eu des difficultés mais nous avons réussi à rediriger les touristes d’un hôtel à un autre. Il a été plus difficile de travailler avec l’équipe car notre personnel n’avait pas les habitudes nécessaires. Personne d’entre eux n’avait eu à faire face à de telles conditions. Heureusement, les visiteurs et le personnel ont été très compréhensifs. J’ai l’impression qu’on n’a plus envie d’être un peu frivole. Les clients sont extrêmement corrects, ils respectent la distance et ne se bousculent pas."


En ce qui concerne la prolongation de la saison estivale jusqu’au 15-20 octobre, c’est quelque chose de très positif, considère Tsvétélina Zlatkova. « C’est la meilleure saison pour la plage, la mer est très calme, il ne fait ni trop chaud, ni froid ", souligne-t-elle en ajoutant : "Il est presque sûr qu’à la fin de la saison nous organiserons plusieurs événements, y compris des cérémonies de mariage et le tournoi traditionnel de pétanque."

A l’heure actuelle, quand il n’y a pas encore trop de clients, la plage de Primorsko semble calme et les gens se sentent en sécurité. En plus de cela les transats et les parasols sont gratuits pour tout le monde.


Photos : Darina Grigorova

Tous les articles

Croissance uniquement des touristes d'Ukraine

Le dispositif de subvention des charters afin de sauver la saison touristique estivale vient trop tard, selon des tour-opérateurs de Bourgas. Ils demandent plus de flexibilité pour soutenir le tourisme, des subventions pour le transport par bus et..

Publié le 04/08/20 à 18:07

Le tourisme de montagne en mode Covid-19

Pandémie de coronavirus oblige, cet été de nombreux vacanciers ont tourné le dos à la mer et à la plage pour plonger dans la verdure rafraîchissante des montagnes. En effet, la montagne est une destination qui a la cote, la Bulgarie étant connue..

Publié le 04/08/20 à 16:13

Vladimir Stavrev, en route pour un marathon de 721 km...

Vladimir Stavrev s'est lancé dans un marathon de 721 km suivant le parcours "Danube Ultra", qui longe le Danube depuis le village Koudelin jusqu'à Dourankoulak, sur la mer Noire. Il est déjà passé par Misia, Vidin, Lom et Kozlodouy. Son parcours devrait..

Publié le 04/08/20 à 10:43